L’hydrogène à une époque de COVID-19

Blog de la CHFCA | Mark Kirby

Les nouvelles sont sombres. Les revenus s’effondrent alors que les marchés s’assèchent et que les opérations sont compromises. Les entreprises font le choix difficile de licencier des employés et de risquer de perdre des talents vitaux. Tout le monde se soucie des familles et des travailleurs essentiels. Dans cet environnement et avec mes excuses à l’écrivain Gabriel Garcia Marques, qui a demandé si l’amour était possible à une époque de choléra, je me demande également… est-il possible d’avoir de l’hydrogène à une époque de COVID-19?

Ma conviction? Comme l’amour, l’hydrogène est essentiel et trouvera un moyen. Heureusement, il semble que les membres de la CHFCA ressentent la même chose.

Il y a quelques semaines, alors que la crise se déroulait, j’étais dans une station-service du Lower Mainland pour enregistrer le premier remplissage d’une nouvelle station de ravitaillement en hydrogène. C’était une magnifique journée ensoleillée, parfaite pour une ouverture. J’ai contacté Colin Armstrong, PDG de HTEC pour une déclaration.

«Alors, Colin,…»

« Hé! » dit-il. « Distanciation sociale! »

Châtié, je me suis retiré à une distance sûre. Après avoir terminé les tests, les techniciens sont partis et la nouvelle pompe a été laissée briller au soleil dans une station étrangement silencieuse – très différente de la pompe habituelle autour de tels événements. Mais l’essentiel? Malgré un brusque démêlage de tout ce qui est habituel, ils se sont rapidement adaptés et poursuivis. Ce ne sera que le premier de nombreux exemples remarquables d’adaptation étonnante et rapide.

En fait, à peine une semaine plus tard, j’ai demandé au conseil d’administration de la CHFCA de se réunir par vidéoconférence sur la gestion d’une réponse à la crise du COVID. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre… quand vous organisez une fête, vous vous demandez parfois si quelqu’un viendra. Eh bien, ce n’était pas une fête, mais ils venaient quand même. Des représentants de 15 des plus grandes entreprises du secteur, dont Nicolas Pocard de Ballard; Rob Harvey de Hydrogenics (Cummins); Grace Quan de Hydrogen in Motion et ainsi de suite. Beaucoup travaillaient à domicile et chacun était occupé à faire face à des problèmes sans précédent liés à la trésorerie, au personnel, à la chaîne d’approvisionnement et, dans certains cas, à transformer leurs opérations pour produire les fournitures médicales nécessaires.

Prenons, par exemple, le président de la CHFCA, Rob Artibise, Overdrive Fuel Cell Engineering. Il était pressé de commencer. Pas surprenant, il était en train de mettre en service en toute sécurité un nouveau laboratoire d’hydrogène et une nouvelle installation d’ingénierie – tout en traitant les protocoles de sécurité COVID-19 soudainement nécessaires. Ses clients en Chine continuent d’avoir besoin de ses services et les décevoir n’est pas une option.

Compte tenu de tout cela, pourquoi alors le fort taux de participation à une réunion de l’Association? C’est simple: se faire entendre! Le message du secteur canadien de l’hydrogène et des piles à combustible doit être entendu par le gouvernement et par le public – et pas seulement à court terme mais à long terme. Les entreprises du secteur sont déterminées à poursuivre le travail et, comme HTEC et Overdrive, la preuve est qu’elles le feront. Mais ils ont besoin d’une voix commune pour s’assurer qu’ils ont le soutien du gouvernement pour être résilients et en sortir plus forts.

La bonne nouvelle ici est que le gouvernement nous entend haut et fort! Il est étrange de penser que le gouvernement est un innovateur, mais nous avons tous été impressionnés par la rapidité et l’audace de l’action gouvernementale face à cette pandémie. Passer de la rédaction de la politique à la mise en œuvre du programme prend généralement des mois, voire des années. Maintenant, cela ne prend que quelques jours.

Se déplaçant à une vitesse vertigineuse, les législateurs ont maintenant lancé une variété de programmes pour soutenir les programmes de liquidité et de rétention des employés afin de garantir le maintien des capacités essentielles. La CHFCA s’est activement engagée à fournir des commentaires opportuns de notre secteur.

De plus, loin de «fermer les robinets» sur le financement de la recherche-développement et de la démonstration, le gouvernement a clairement indiqué qu’il soutiendrait le flux continu de financement dans la mesure du possible. Ceux-ci comprennent: PARI, ISDE, TDDC, RNCan, EMPR de la Colombie-Britannique, TEC du Québec. En fait, toute la soupe alphabétique des programmes de financement fait passer le mot: ne vous contentez pas de poursuivre les projets existants, apportez-nous de nouvelles propositions. C’est de la musique à mes oreilles, car cela signifie que de nombreux membres de la CHFCA peuvent non seulement continuer à travailler, mais aussi saisir cette occasion sans précédent pour accroître le leadership du Canada dans le domaine de l’hydrogène et des piles à combustible. Nous avons une fenêtre, peut-être une fenêtre qui se ferme rapidement, pour définir cette prochaine étape sur la façon de transformer l’infrastructure énergétique de notre pays.

Nous pouvons être convaincus que le cœur du secteur canadien de l’hydrogène et des piles à combustible est solide et le restera, même en cas de catastrophe et de bouleversements dramatiques. Cette focalisation étroite est essentielle, car si le COVID-19 est la menace la plus urgente à laquelle l’humanité est confrontée aujourd’hui, le changement climatique est en fin de compte la plus grande menace qui pèse sur l’humanité. Pour reprendre les mots de la Secrétaire exécutive des Nations Unies chargée du changement climatique, Patricia Espinosa:

«Bientôt, les économies redémarreront. C’est une chance pour les nations de mieux se remettre, d’inclure les plus vulnérables dans ces plans, et une chance de façonner l’économie du XXIe siècle de manière propre, verte, saine, juste, sûre et plus résiliente. »

Absorbons vraiment ces mots et leurs implications. Et attendons avec impatience le moment où l’hydrogène en temps de COVID-19 cède la place à l’hydrogène en temps de stimulus. J’espère que TS Eliot avait raison et qu’avril, et non mai, se révèle être le mois le plus cruel. Parce que cela signifierait, pour reprendre les mots d’un autre grand encore, «C’est peut-être la fin du commencement». Nous sommes prêts et nous continuerons d’être prêts.

La CHFCA fera sa part en accueillant à la première occasion notre conférence annuelle f-cell + HFC 2020 et notre salon professionnel à Vancouver. Nous prévoyons les 9 et 10 septembre 2020 de fournir au secteur une plateforme pour lancer des activités de marketing et de développement des affaires.